Carnet de route

Escalade grandes voies aux Calanques

Le 29/11/2019 par Vongerichten Charles

Retour dans ce paradis du grimpeur où la météo nous a accordé 2 jours de beau temps sur 3.

 Vendredi, après un départ très matinal de Montpellier, on est retourné au Cap Canaille (voir CR précédent de mai) pour profiter d’un accès rapide. Après 3 longueurs verticales en cheminées et fissures, la voie bien nommée : « La Stratégie du Crabe »,  évite une zone de gros surplombs par 3 longueurs de traversées horizontales dont une facile en ramping et une autre  dans un mur mouillé et gluant où il faut savoir deviner les prises de pied qui tiennent. Comme souvent  à Cap Canaille on finit dans le poudingue. Certains aiment, d’autres non. Il faut compter sur le nettoyage des cordées précédentes pour acquérir la confiance pour grimper sur ces blocs naturellement scellés et ne pas s’écarter de la voie. Sinon on peut déloger un bloc ; ce qui m’est arrivé. Je l’ai remis où il était – pour le prochain … L’équipement est heureusement parfait et assez rapproché, ce qui autorise ce genre de fantaisie.

Cotation : D+ ; 8 longueurs, 250m en développé, 5c/6a.

Après une nuit réparatrice à l’auberge de jeunesse de la Fontasse merveilleusement située au milieu des Calanques on a marché un bon moment (1h30 – c’est beaucoup pour un grimpeur !) jusqu’à la Calanque de l’Eissadon et ce avec le groupe de Sophie Martin qui nous avait rejoint la veille. On a rallongé la voie : « Et la Mer Profonde et Bleue » en y accédant par l’ancienne traversée du GEP, soit en tout 7 longueurs et 2 rappels, dont le dernier jusqu’au ras de l’eau. Puis il faut bien  remonter sinon c’est le retour à la nage . La grimpe est réjouissante sur une merveille de calcaire  blanc comme neige. Sans compter l’environnement – la voie porte bien son nom - et la vue sur l’aiguille de l’Eissadon et son pin perché au sommet ; longue vie à cette sentinelle insolite… Le rocher présente parfois un aspect sucre en morceau - il vaut alors mieux tester les prises malgré les passages répétés dans cette classique. Celle-ci est heureusement longue et difficile d’accès, ce qui limite la fréquentation et l’usure du rocher. Au sommet on retrouve les 2 cordées de Sophie sans les avoir fait trop attendre. Il nous reste largement du rab pour rentrer à l’auberge avant la nuit et partager un gouter mérité face au Cap Canaille – en effet on n’a pas mangé de la journée sauf quelques graines !

Niveau moyen TD-, environ 180m,homogène en 5c/6a avec un pas de 6b à la sortie.

Participants : Marc Viala, Louis Vonau, Charles (texte et photos)

CLUB ALPIN FRANCAIS MONTPELLIER

6 RUE DE LA POESIE
34000  MONTPELLIER
Contactez-nous
Tél. 04 67 72 51 07
Permanences :
jeudi de 19h30 à 20h30