Carnet de route

Raquettes aux Bouillouses

Le 22/12/2014 par VIERO BRUNO

Cela fait bien une heure que nous avons quitté les Jonquilles, au 1er étage du refuge CAF; remontant à la frontale le petit ruisseau qui nous ramènera sur le chemin d'été pour atteindre le plateau des Bouillouses. Maintenant, là devant nous, l’Estany Negre! Impossible de traverser; il fait encore nuit. Les pins à crochets, sombres et muettes sentinelles d’un autre temps, nous entourent et nous frôlent. La lune, faucille brillante dans son dernier quartier, tente une dernière fois cette nuit de nous faire prendre conscience du lieu; c'est décidé, nous irons par là! En file indienne, nous cheminons dans la forêt; sous nos pas, la neige crisse, résiste, s'effondre parfois. Nous prenons de la hauteur. La lune, attirée par une main ibère, disparait sous l'Err. En face, le Carlit le premier surgit de sa pâleur nocturne; puis toute la montagne s’illumine; le jour emplit l'air; le pas devient plus facile, plus précis, plus efficace; Au pied des pentes de l’immense dune Nord du Tossal Colomer, première petite halte, lunette de soleil, grand bleu plein horizon.

Nous mettons les cales; la neige est gelée, bonne accroche. Un premier replat; un vent froid, la bourrasque nous déstabilise; le buste courbé en avant, nous progressons à travers un large couloir gelé vers ce premier cairn marquant l'antécime, le vent violent nous repousse, puis s’essouffle, Devant nous, le large plateau du Colomer, grand étendue plate recouverte de perles de glace étincelante. Plein Ouest, nous atteignons le promontoire sommital à 2804m qui domine le Lanoux bleu noir; tout autour, le spectacle clair et net de la montagne d'hiver dans un horizon limpide. Nous sommes arrivés, le vent est tombé, le soleil chaud. Halte midi.

Descente sur une épaule arrondie plein Est, puis sur une crête plus raide pour finir par une étroite arête rocheuse, avant de glisser sur une dernière petite pente Sud de neige brûlante. Nous rejoignons le plateau, contournant les lacs par leurs plages glacées, replongeant dans la forêt de pins. Long retour, mi-soleil, mi-ombre, par des chemins improvisés et sauvages, plein neige et rhododendrons. Petite halte au refuge Tartes-aux-Myrtilles. Retour au Pla des Aveillans.

Bruno (accompagnateur), Violaine (photos), Sylvie, Geoffroy (rédacteurs)







CLUB ALPIN FRANCAIS MONTPELLIER

6 RUE DE LA POESIE
34000  MONTPELLIER
Contactez-nous
Tél. 04 67 72 51 07
Permanences :
jeudi de 19h30 à 20h30
Agenda