Carnet de route

À skis dans le Haut Valais, entre Mishabel et Mont Rose

Le 19/04/2015 par Daniel Auclair

À skis dans le Haut Valais, entre Mishabel et Mont Rose Une semaine organisée par DominiqueF, avec la participation de Nathalie, Alain, Thibault et Daniel.

Rendez-vous ayant été fixé au centre Alpin du Tour le dimanche soir, nous quittons Montpellier sous la pluie, et plus nous approchons du but, plus la météo s'améliore. L'accueil sympathique, le repas excellent, une nuit agréable, tous les ingrédients sont là pour présager d'une semaine de rêve.

Lundi nous partons de bonne heure sous un ciel immaculé, non sans avoir dégusté un petit déjeuner copieux : la route est longue, en particulier la montée vers notre premier refuge. Nous quittons la route de Zermatt à St Niklaus pour monter à Gasenried, terminus de la route à 1650 m, et c'est peu avant 10h que nous entamons la montée, d'abord skis sur le sac dans le mélézin, puis skis aux pieds après avoir traversé la passerelle sur le Riedbach. Après quelques passages en neige humide (un peu trop) et une remontée d'échelles, nous atteignons vers 15h30 la Cabane Bordier, à 2886 m. Nos deux prédécesseuses ont laissé quelques braises dans le poêle, qui démarre rapidement pour nous donner une douce chaleur, et de l'eau... et nous occupons entièrement à nous 5 la grande salle commune de 30 places : grand confort. Après une collation réparatrice et plusieurs bols de soupe, de thé, de tisane, nous choisissons notre dortoir, ronfleur ou non (ou peut être que si quand même)...

La journée de mardi n'est pas prévue trop longue et nous ne démarrons qu'à 08h. L'objectif de la journée est le Dürrenhorn, dont nous suivons la voie normale jusqu'à la rimaye du couloir du Dirrujoch, à 3730 m. La grosse épaisseur de neige poudreuse et le couloir au soleil depuis tôt le matin, ne semblant pas vouloir passer à l'ombre, nous incitent à rebrousser chemin avec une première descente sur le plateau glaciaire jusque vers 3510 m. Nous décidons alors de rejoindre l'Ulrichshorn (3925 m) par sa face Nord. Après avoir contemplé un panorama magnifique, toujours par un ciel immaculé, la descente est très agréable jusqu'au refuge, pour une deuxième soirée, pas trop perturbée par la présence de 3 autres alpinistes.

Le programme de mercredi prévoit l'ascension du Nadelhorn. Nous partons donc à 06h00, reprenant le début de notre itinéraire de la veille. Nous chaussons les crampons à la rimaye (3720 m), avec une neige dure jusqu'au Windjoch (3845 m), où nous déposons les skis. L'arête du Nadelhorn (4327 m) se fait en aller-retour en crampons. Panorama magnifique. Pour descendre nous (certains d'entre nous, merci à eux ! ) montons les skis au replat 3870 m juste au-dessus du Windjoch, et traversons à l'horizontale pour franchir la rimaye au plus haut et profiter de la poudre face N, puis la moquette, et enfin un peu de soupe en arrivant à la cabane. Préférant descendre du refuge vers la vallée en neige dure plutôt que pourrie, nous ne sommes repartis que le lendemain matin.

Jeudi, il était prévu de faire l'ascension du Weissmies à partir des remontées de Saas dans la journée... mais la station étant fermée nous avons donc visité Saas Fee en buvant une bière à chaque bar ouvert (pas d'inquiétude, nous ne nous sommes pas saoulés...).

Vendredi, départ de Zermatt par les remontées mécaniques qui nous emmènent en quelques minutes jusqu'au Klein Matterhorn, à 3817 m d'altitude. De là, après une courte descente, nous faisons l'ascension facile du Breithorn (4164 m). La descente versant Sud nous mène par le Breithornplateau jusque sous Roccia Nera où nous remettons les peaux en direction de Pollux. Nous déchaussons les skis vers 3840 m, et je m'octroie une petite sieste pendant que les 4 autres font l'aller-retour en crampons au sommet de Pollux (4092 m) par l'arête SW. Nous profitons ensuite d'une magnifique descente par le Schwarztor (3725 m) et le Schwärzegletscher. Nous quittons le glacier par Schwärze vers 3000 m, pour rejoindre au plus haut le Gornergletscher vers 2520 m. La montée en fin de journée en traversant la base de Grenzgletscher jusqu'à Monte Rosa Hütte (2883 m) est un peu fastidieuse, mais nous sommes récompensés par un bon repas dans un refuge flambant neuf.

Pour notre dernière journée, samedi, le programme prévoyait le Nordend, sommet le plus au nord de la crête du Mont Rose, mais la météo prévoyait un temps perturbé avec des précipitations à partir de midi. Au réveil, à 03h, le ciel étoilé nous redonne cependant espoir, et nous démarrons pleins d'entrain. Les nuages se faisant de plus en plus menaçants, cachant les sommets, crachant un petit grésil, nous nous arrêtons vers 3660 m au petit jour, et faisons demi-tour pour descendre à la cabane où nous prenons une heure supplémentaire de repos. La descente par Gornergletscher se passe sans souci, mais la traversée du torrent au pied du glacier vers 2170 m s'avère délicate (il reste un dernier pont de neige fragile, mais seul un pied sur 10 a été mouillé). Après une petite remontée fastidieuse de 100 m dans les éboulis, nous rejoignons un sentier pour une nouvelle petite remontée nous permettant de rejoindre la piste de ski fermée, mais avec tout de même de la neige quasiment en continu jusqu'à Furi, et encore à peu près skiable jusqu'à l'entrée de Zermatt.

Bilan global : une semaine de grand beau temps un peu raccourcie, de beaux sommets, une belle amitié.

 







CLUB ALPIN FRANCAIS MONTPELLIER

6 RUE DE LA POESIE
34000  MONTPELLIER
Contactez-nous
Tél. 04 67 72 51 07
Permanences :
jeudi de 19h30 à 20h30
Agenda