Carnet de route

Raquette MSNA

Le 14/03/2015 par VIERO BRUNO

 Neige et brouillard, une météo peu encourageante qui n’a pas dissuadé notre petit groupe de raquettistes. Sur les traces de Bruno, leur héraut mais aussi leur héros, Isabelle, Patrice, Alain, Claudine, Aline et Hélène n’ont pas regretté de s’aventurer dans les montagnes du Devoluy.

Samedi matin, nous étions tous prêts à prendre le chemin qui devait nous mener autour de la Crête d’Ane, objectif que nous n’atteindrons jamais à cause d’un brouillard bien trop épais. Harnachés des pieds à la tête pour se protéger de la neige, nous sommes partis de l’Enclus (téléphérique du Pic de Bure) au niveau de l’IRAM (Institut de radioastronomie millémétrique) à 1470 mètres d’altitude. Direction la cabane de l’avalanche par la forêt puis passage par la bergerie (1702 mètres) jusqu’à la cabane du Vallon d’Ane (1766 mètres). Quelques barres de céréales, des fruits secs et un peu d’eau chaude pour réchauffer les cœurs et cap dans le brouillard pour une serie de traversées jusqu’au fond du cirque  Barges (2023 mètres) au pied du Pic de Bure. Et c’est à la boussole que Bruno nous a ramenés à la cabane pour un pique-nique à l’abri des flocons virevoltant au dessus de nos têtes. Le ventre bien rempli, nous avons déboulé dans la forêt pour rejoindre le parking en passant entre la piste et la tête de l’Aupet. Nous n’avons pas vu grand-chose du paysage mais belle journée !

Rebelote le dimanche matin ! Avec un peu plus de neige sous nos pieds. Elle est tombée toute la nuit.

Au col de Festre (1440 mètres), nous n’étions plus que cinq à chausser les raquettes, Claudine et Alain se sont réfugiés à la Maison du col de Festre. Cap vers la piste forestière derrière Patrice en charge de nous faire la trace jsuq’au Bois de  Pied de Ruissard. Un coup dans la forêt sous les branches des sapins et des mélèzes croulant sous le poids de la neige, un coup sur le GR94, nous avons rejoint la piste forestière du Bois de Chagier. Et là, Bruno a eu une idée originale. Il s’est assis sur son sac à dos, les pieds calés au sommet d’une forte pente d’une dizaine de mètres et puis, il a sorti sa corde bleue toute neuve. Après quelques explications sur l’exercice, assuré par Bruno, chacun est descendu et en s’aidant de la corde passé derrière le dos. Un exercice sympa et utile ! Contents de nous, nous sommes repartis jusqu’au début de la crête la La Lauzière (1610 mètres) au dessus de la Joue du Loup. Excités par le soleil et le ciel bleu qui faisaient quelques brèves apparitions, nous étions comme des gosses assitant à leur plus beau feu d’artifice. On montrait des doigts, du bout du baton en poussant des cris la Tête du Merlan, l’Obiou, le Rocher Rond, le Grand Ferrand, le Chauvet, les Aiguilles, Roc de Garnesier,Tête de Vachères,Tête de l'aupet,Montagne de Farault.

Un panorama extraordinaire à moitié dans les nuages, à moitié éclairé par le soleil ! C’était la surprise. De quel côté, ça allait se découvrir puis se couvrir à nouveau. A peine, nous avons pris le temps d’avaler nos sandwichs tellement nous étions fascinés devant le spectacle. Nous étions tous bien joyeux quand il a fallu se lancer dans la forêt sur le chemin du retour jusqu’au col de Festre. Quelques gamelles dans les descentes n’ont pas entamé notre bonne humeur. Comme si la montagne devait encore nous offrir ses trésors, trois biches ont déboulé devant nous avant de s’enfoncer dans les bois. Arrivés à la Maison du col de Festre, ce fut les retrouvailles avec les skieurs et tous ont échangé et plaisanté sur les aventures de la journée autour d’un petit remontant, de quelques patisseries et produits de la région.

Texte Hélène Petit


 







CLUB ALPIN FRANCAIS MONTPELLIER

6 RUE DE LA POESIE
34000  MONTPELLIER
Contactez-nous
Tél. 04 67 72 51 07
Permanences :
jeudi de 19h30 à 20h30
Agenda