Carnet de route

Les « 4000 » de Saas Fee

Le 21/04/2014 par Dominique Fournier

 

Départ le lundi 21 peu avant 7h pour les 700 et quelque kms qui nous séparent de ce voyage en « Hauts lieux » que nous attendons avec impatience et un peu d’inquiétude concernant la météo. A l’hôpital de Chamonix, hélas, notre camarade Alain doit nous quitter à cause d’un œil endommagé et qui ne pourra supporter l’altitude. Un passage par la gare pour le déposer (pas l’œil, mais Alain qui refuse de s’en séparer) et nous poursuivons notre voyage dans les ralentissements routiers helvétiques de fin de week end, vous savez le fameux : « Ya pas l’feu au lac » qui nous feront arriver au but juste après le départ de la dernière benne qui devait nous permettre de dormir le soir même en refuge.

Mardi 22, super météo, nous rejoignons le refuge Britannia (3030m) par une traversée depuis le téléférique de Felskin et nous y déposons une partie de nos sacs, à 9h30, nous rejoignons le glacier 100m plus bas où nous mettons les peaux direction du Strälhorn (4180m). La trace à faire en partie, le manque d’entrainement à l’altitude et la chaleur nous font arrêter à 3700 m. La descente en faisant nos traces dans une neige non transformée jusqu’à vers 3200m puis des longs faux-plats nous ramènent sous le refuge qu’une remontée d’une demi heure nous fait rejoindre dans la foule du jour. Ce soir, les 130 couchages seront occupés et l’air pur des montagnes n’est plus qu’un lointain souvenir quand nous rentrons dans le séchoir.

Mercredi 23, réveil à 5h pour l’objectif du jour, le Rimpfishhorn (4198m). Les 130 personnes de la veille se mettent en route à peu près au même moment alors que le jour n’est pas encore levé, nous décidons de prendre notre temps d’autant plus qu’Alain est victime d’une gastro et ne se sent pas en forme pour la suite. Au petit jour, nous ne sommes plus que 3 avec des sacs bien lourds à prendre la trace d’hier. Arrivés au glacier, je me rends compte que j’ai oublié au refuge mon porte carte – petit aller- retour de ¾ h, Geoffroy et Gérard prendront un peu d’avance- et nous nous rejoignons à l’Allalinpass vers 3500m où nous déposons une partie de nos sacs. S’ensuit une longue traversée à flanc versant Zermatt puis la montée bien tracée jusqu’à 4000 où nous laissons skis et sacs. Crampons aux pieds, il nous faudra une bonne heure pour atteindre le sommet par un itinéraire demandant quelques précautions. Une fois les sacs rejoints, nous commençons la descente d’abord dans une neige bien froide puis un peu plus délicate ; nous sommes versant ouest et le temps est splendide, face à nous, les 4000 de Zermatt incitent à la contemplation et au farniente mais une petite remontée de 100m nous remet les idées en place. Quelques virages plus tard nous rejoignons la Täschutte (2780m) qui sera notre refuge pour la nuit ; le soleil qui se couche derrière le Weisshorn et la tranquillité des lieux (nous sommes 14 au refuge) concluent cette superbe journée.

Jeudi 24, deux italiens sonnent le branle-bas à 3h30 puis des autrichiens ; dehors il y a un brouillard à couper au couteau alors tout ce petit monde tourne et claque les portes dans le refuge. A 5h30 nous nous préparons à notre tour et au jour le brouillard se lève et nous pouvons attaquer les 1500 m qui seront notre menu du jour. La trace s’élève et à chaque lacet nous apercevons soit le Mont Rose soit le Cervin !! Quelle malchance… A 9h nous sommes à l’Alphübeljoch où nous déposons une nouvelle fois une partie de nos sacs et où Geoffroy nous attendra. Direction l’Alphübel (4208m) avec une montée exigeante entre des séracs et enfin le sommet avec un tour d’horizon du Mt Blanc à la Bernina, seul l’Oberland est dans les nuages. Il est 11h et nous prenons notre temps pour la descente versant Saas Fee et la grande traversée sur les glaciers pour retourner à Britannia car le refuge de Langflühe est fermé depuis le samedi de Pâques. A la cabane où nous arrivons à 14h, des gigantesques röstis nous remettent d’aplomb. L’après midi, des nuages noirs couvrent les sommets et rampent le long des glaciers accompagné de flocons de neige nous donnent quelques inquiétude pour le lendemain.

Vendredi 25 réveil à 7h vent et ciel couvert sont les conditions du moment nous décidons de prendre le métro alpin qui nous fait gagner 400m de dénivellation. Skis aux pieds, nous remontons d’abord les pistes de ski puis je reprends une vielle trace jusqu’à une zone crevassée. La visibilité est assez médiocre mais il ne neige pas. Les 2 autres skieurs nous accompagnaient s’arrêtent et nous poursuivons seuls en suivant quelques vieilles traces et finalement nous apercevons les rochers sommitaux. Les 100 derniers mètres se font en crampons et nous sommes au sommet de l’Allalinhorn (4020 m) à 11h, hélas dans le brouillard. Il ne nous reste plus qu’à descendre les 2100m pour rejoindre Saas Fee où nous retrouvons Alain, en plus, le ciel s’est dégagé dès que nous avons approché la zone crevassée que nous appréhendions et ensuite en suivant les pistes dans une neige de plus en plus « printanière ».

 







CLUB ALPIN FRANCAIS MONTPELLIER

6 RUE DE LA POESIE
34000  MONTPELLIER
Contactez-nous
Tél. 04 67 72 51 07
Permanences :
jeudi de 19h30 à 20h30
Agenda