Carnet de route

Perfectionnement cascades de glace Ceillac 2009

Sortie :  Perfectionnement cascades de glace (Queyras) du 17/01/2009

Le 24/01/2009 par Fournier Dominique

              
PIECE EN DEUX ACTES REFRIGERANTS
POUR MONTAGNARDS MERIDIONAUX

par Dominique Fournier.

THEMATIQUE:

Au pied d'une jolie cascade ou d'un torrent abrupt et bouillonnant, vous avez peut-être eu envie de remonter son cours mais comment faire?
   
        Reprenons la formule à la mode: « Yes! we can ».
   
        Choisissons la saison hivernale et le flot se transforme en une matière solide et très compacte aux teintes bleu-blanc-vert du plus bel effet . Quand aux formes, aucun sculpteur n'aurait le burin assez habile pour reproduire les formes que l'on rencontre en ces lieux. Draperies, stalactites, rideaux, méduses, cloches sont les mots employés pour désigner les mouvements de cette eau gelée.

        Les armes pour combattre ces serpents de glace sont celles du montagnard traditionnel mais avec des améliorations. Les piolets sont plus courts et leur manche est galbé afin de ne pas se taper les doigts sur la glace lors de l'ancrage. Les crampons sont bien pourvus en pointes frontales et surtout bien affûtés. Cordes, broches, sangles, dégaines sont utilisées d'une façon classique.

ACTE 1:

 Le décors: Un versant de montagne orienté nord-est donc à l'ombre, couvert de neige et entrecoupé de falaises. La température inférieure à 0°. On aperçoit vers le haut un couloir  raide où pourrait bien se tenir l'action...
Ouverture du rideau: les acteurs, en costume approprié, commencent les premiers dialogues:
    ⁃    C'est haut!
    ⁃    C'est froid!
    ⁃    Tu crois que je vais y arriver?
    ⁃    Ça caille!
    ⁃    On prend les sacs?
    ⁃    Quand est-ce qu'on mange?
Les acteurs suivent la trace qui grimpe et les commentaires s'arrêtent (vous savez quand on monte ...). Reprise des dialogues au pied du premier ressaut en même temps que les artistes s'équipent et se réconfortent moralement:
    ⁃     On passe par où?
    ⁃    Tu penses qu'il fait froid
    ⁃    On entend l'eau couler en dessous
    ⁃    Combien de broches on prend?
    ⁃    Je vais avec qui?
    ⁃    Regarde sur l'autre versant, il fait soleil.
    ⁃    On s'encorde avec un tuyau d'arrosage!!!
    ⁃   
Quelques pas hésitants et quelques vigoureuses tractions sur les piolets permettent à l'ensemble des artistes de trouver leur rythme et se retrouvent au hasard des relais en commentant les impressions.
Petite digression sur les « Turbines ». Pour le public ignorant qui pourrait croire que la proximité de turbines et de l'eau courant sous la glace allait produire des étincelles et donner un peu d'animation, il n'en est rien car les susnommées « Turbines » sont de petites manivelles qui permettent de visser rapidement les broches et ainsi épargner de la fatigue.
Quelques longueurs de corde plus tard, nos artistes se retrouvent à la fin des difficultés et se sustentent car la glace ,croyez le, ça se creuse et ça creuse.
Reprenant la file indienne, notre joyeuse compagnie reprend le chemin vers le salut mais c'était
sans compter sur la fourberie du metteur en scène qui avait prévu un deuxième service en la personne d'une petite cascade de 70 mètres qui pratiquement nous tendait les bras au bord de la trace. Tout était en place pour le final de ce premier acte que nous gravîmes fortissimo. « Easy Rider » (raideur?) succomba.

Retour au parking car il est tout de même 17h mais nous en profitons pour jeter un coup d'œil au 2ème acte du lendemain. Étonnement, car une cordée attaque à cette heure plus que tardive mais vous le savez, la montagne est le pays de la liberté.

Je ne vous ai rien dit de l'orchestration car tout se passa au gîte avec la présence d'une chorale de Gap qui nous accueillit avec l'air connu de :  « Coucou, hibou. Coucou, hibou » puis par divers chants fort bien interprétés.

Intermède sanitaire: Un des plus valeureux élément du groupe se plaint de douleurs à un orteil, sa participation sera- t' elle mise en cause demain? Pourtant, sa détermination  est entière et la nuit devrait remettre les choses en ordre.

Bien sûr, et vous l'avez tous déjà vécu, notre dortoir sent l'étable car tout ce qui était humide est en train de sécher sur les radiateurs. On dirait bien,cependant, que les montagnard aiment ces senteurs  musquées à l'extrême opposé de l'air pur que l'on recherche généralement.


ACTE 2:

Apparition dès la première heure de la troupe mais l'orteil a gagné la partie et un des artistes devra rester en bas pour régler la chorégraphie grâce aux petits appareils radio dont nous sommes munis.
Dire que toutes les communications se déroulèrent sans interférences serait exagéré!

D'autres artistes venus de contrées lointaines tentent de s'emparer de la scène ; nous allons devoir jouer des coudes.
A  pied  d'œuvre, l'affaire parait sérieuse avec un premier ressaut auquel il n'y a pas beaucoup à ajouter pour qu'il soit vertical. Soudainement, « les Formes du Chaos » font leur deuxième victime en la personne de l'élément féminin de la troupe. Deux cordée se forment et progressent en cheminant d'une rive à l'autre avec harmonie et majesté.

Tout d'un coup, la scène change et la dramatique s'installe avec l'apparition de quelques flocons de neige. Le courage ne manque pas et nous poursuivons  en alternant les premiers rôles mais au milieu des flocons tombe quelque chose de bien plus gros . Nous avions, depuis le départ ,été
arrosés par des glaçons et là il s'agit du premier d'une cordée précédente qui vient de rater son coup.
Une glissade avec tout ces engins pointus n'est jamais sans conséquences mais là, l'infortuné s'est retrouvé coincé entre la glace et le rocher avec quelques plaies et bosses.

La neige redouble et nous isole complètement des spectateurs . Les artistes détestant se produire
sans public, la décision est prise de ne pas jouer la scène finale. En suivant quelques vagues traces(humains, chamois?) nous filons un ou deux rappels qui nous ramènent en lieu sûr où  la compagnie se retrouve au complet.

DISTRIBUTION:

    Chantal, Christophe, Dominique, Gérard A, Gérard M ,Jean-Michel, Pierre
    ⁃   







CLUB ALPIN FRANCAIS MONTPELLIER

6 RUE DE LA POESIE
34000  MONTPELLIER
Contactez-nous
Tél. 04 67 72 51 07
Permanences :
jeudi de 19h30 à 20h30
Agenda